Corbillard à vélo


Novembre 2021
Le Temps
96 vues

L'usage du vélo se développe pour les activités professionnelles : plomberie, informatique, logistique etc. En Suisse, des pompes funèbres ont eu l'idée saugrenue de créer un triporteur - corbillard. Cette démarche semble tantôt amuser les passants, tantôt les gêner car le cercueil est visible. Après avoir récupéré la dépouille, le corbillard se dirige vers le cimetière pour l'enterrement. Il s'agit bien d'une véritable activité de pompes funèbres et non d'un coup de communication décalée !

Le responsable de l'entreprise a eu cette idée en transportant sa femme enceinte en vélo-cargo. Il appréciait le fait de porter sa famille avec ce sentiment de se soutenir mutuellement. D'où l'idée de proposer aux clients d'accompagner le défunt dans cette dernière étape de la vie. Cette initiative questionne aussi sur le tabou autour de la mort. En 2010, il venait récupérer les personnes décédées tard le soir par le garage de la maison de retraite. Aujourd'hui, il passe par l'entrée à la vue des résidents comme pour un dernier adieu avec une bougie ou une photographie. Ce changement facilite le rapport à la mort avec les résidents.

Enfin, le responsable souligne que la médicalisation de la société a rendu la mort invisible. Pour la moitié des interventions, ils vont chercher les défunts à l'hôpital ou à la maison de retraite. Ce corbillard est une invitation à accepter la finitude de notre existence.

Crédit photo : Céline Zünd / Le Temps (Suisse)


Ressources similaires