Rendre possible le développement du vélo en territoires peu denses


Août 2022
Club des villes et territoires cyclables et marchables
229 vues

« Quelles sont les spécificités et le potentiel de développement l'usage du vélo en territoires peu denses ? Ces territoires où vivent la moitié des français.es constituent un enjeu pour les mobilités actives.

Les expériences de collectivités adhérentes du Club enrichissent les indicateurs et l’état des lieux de l'usage du vélo dans ces zones à faible et moyenne densité dans lesquelles devrait vivre 56 % de la population métropolitaine à l’horizon 2030. Troisième édition de la collection technique et stratégique Les dossiers du Club, la publication dévoile les politiques menées dans les communautés de communes Erdre & Gesvres (Pays de la Loire) et du Pays de Lumbres (Hauts-de-France), dans les communes de Dainville (Hauts-de-France), Mios (Nouvelle-Aquitaine), Loos-en-Gohelle (Hauts-de-France) et sur le Pôle d’équilibre territorial et rural de Sélestat (Grand-Est).

En août 2022, plus de la moitié des collectivités du Club des villes et territoires cyclables et marchables font partie des territoires peu denses, comme adhérente ou commune et représentée dans une intercommunalité adhérente. »

Données intéressantes

Au sens de l'INSEE, les communes très peu denses et peu denses disposent d’une part modale vélo respective de 0,55 et 0,69 contre 1,35 pour les communes de densité intermédiaire et 2,33 dans les communes denses. L'usage du vélo est en général nettement moins développé dans les zones rurales (peu denses) que dans les zones urbaines (denses).

A Mios (Gironde), le système de transport scolaire n'existe plus sur un périmètre de 3 km autour du collège. Près de 7 km de pistes cyclables ont été aménagés depuis 2016. D'après l'enquête de 2020, 32% des élèves du collège de Mios s'y rendent à vélo.

Lecture complémentaire


Ressources similaires