Encourager et accompagner la mobilité à vélo des collégiens et des lycéens


Septembre 2022
ADEME
48 vues

Résumé extrait du document de synthèse


« Première étude nationale sur la mobilité cyclable des collégiens et des lycéens, cette étude vise à connaître les pratiques du vélo chez les adolescent(e)s dans leurs déplacements en lien avec leur établissement scolaire, à identifier les initiatives et les bonnes pratiques en France et à l’étranger ainsi qu’à proposer une série de recommandations pour faire du vélo un réel mode de déplacement du quotidien chez les adolescents.


L’étude concerne 5,7 millions d’élèves du second degré, soit environ 8,5 % de la population française ; une part non négligeable étant donné que ces adolescents seront les adultes de demain. C’est pourquoi, cette population doit être incluse dans les stratégies de développement de la pratique du vélo afin de développer considérablement la part modale vélo en France.


Grâce aux nombreux entretiens menés à la fois avec des instances territoriales et des acteurs associatifs, les résultats de cette étude montrent que le développement de la mobilité cyclable a été moins accompagnée et soutenue dans le secondaire qu'en primaire, alors que la pratique du vélo par les adolescents est un enjeu tout aussi important.


Cette étude a également mis en évidence une disparité encore trop importante de la pratique à cet âge entre les garçons et les filles, avec une représentation du vélo comme sportif freinant son utilisation par les adolescentes. Par ailleurs, les adolescents sont fortement influençables, le rôle des parents, de l’entourage et les normes et représentations sociales du vélo ne sont donc pas à minimiser dans l’apprentissage et le suivi de la pratique cyclable. Souvent évoquée au cours de la réalisation de cette étude, l’implication d’une seule personne sur la thématique du vélo, que ce soit dans les établissements du secondaire ou au sein des instances territoriales, a permis l’amorce d’une dynamique et la création d’actions en faveur du vélo. Toutefois, ces actions se retrouvent rarement pérennisées après son départ.


Il est également ressorti de cette étude qu’il existe une diversité importante au sein des établissements scolaires du second degré et des contextes dans lesquels ils sont implantés, rappelant la nécessité d’adapter à chaque type de territoire des solutions pour développer la mobilité cyclable.


Les acteurs de la sensibilisation à la mobilité cyclable sont extrêmement nombreux et divers. Leurs actions ont souvent émergé à la suite d’initiatives locales. De manière générale, en France, le vélo est souvent présenté à travers la pratique sportive. Si cette situation peut poser question, c’est une particularité française sur laquelle il faut dorénavant capitaliser afin de positionner le vélo comme un moyen d’intégrer de l’activité physique dans son quotidien et construire le développement d’actions concrètes, afin d’enrichir la sensibilisation à l’usage du vélo au quotidien.


En proposant une série de recommandations - sur les thèmes de la sécurisation de l’accès aux établissements, de la mise en place d’équipements et de services, de l’organisation de la sensibilisation, de la structuration de la gouvernance, de la nécessité de réalisation d’études et de la mise en valeur des ressources disponibles, et de la réalisation de communication - construites en cohérence avec les analyses scientifiques sur le sujet, ainsi qu’avec les remontées de terrain obtenues lors des multiples entretiens réalisés, le rapport fournit une palette d’idées d’actions à mettre en place. Elles devront permettre d’engager une dynamique nationale et faire du vélo un mode de déplacement à part entière pour les adolescents. »


Ressources similaires