Capacité des infrastructures par mode de déplacements


Décembre 2018
84 vues

Pendant de nombreuses décennies, pour faire face à la congestion routière, la logique voulait qu'on augmente le nombre de voies, jusqu'à atteindre 26 voies sur la Katy Freeway aux États-Unis. En 2001, avant l'extension, le trafic maximum n'atteint que 219 000 véhicules / jour1, soit moins que la section commune de l'A86 et l'A4 (en région parisienne), qui culmine à 275 000 véhicules / jour avec seulement 8 voies2.

Élargir les voies ou développer les transports collectifs et les modes actifs ? Au regard de ce tableau comparatif, on reste interrogateur devant le manque d'efficience d'une politique du tout-voiture : coût élevé, gaspillage énergétique et de foncier. Par exemple, par rapport à la route à une voie, la ligne de bus est 3.5 fois plus capacitaire, la piste cyclable l'est 7 fois plus... et le train urbain (comme le RER) jusqu'à 40 fois plus. Le rapport énergétique est aussi bien meilleur pour ces modes comparé à la voiture.

Données

  Capacité du réseau
(personnes / h)
Énergie nécessaire3
(MI / p * km)
Véhicules motorisés 2000 1.65 à 2.45
Bus régulier 9000 0.32 à 0.91
Vélos 14000 0.1
Bus à haut niveau de service (1 voie) 17000 0.24
Piétons 19000 0.2
Tramway 22000 0.53 à 0.65
Train de banlieue 80000 0.15 à 0.35

Sources

1 : « Katy Free, Intertstate 10 West ». The Spokes. Juin 2005, pp 205 - 216. Consulté sur
dallasfreeways.com/dfwfreeways/pdf/Katy_Freeway_150ppi.pdf (en décembre 2018)

2 : Réseau routier national, recensement de la circulation en 2009, Région Île-de-France. DIR Île-de-France. Consultée en ligne : http://www.dir.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/carte_tmja_2009_cle26599f.pdf

Notes

3 : Avec des réserves, nous comprenons cette mesure en "mile par personne au kilomètre".


Ressources similaires