Lexique

Astuce : Cliquez sur un mot en gras pour lancer une recherche documentaire.


Espace public dédié aux piétons. Ce dernier y est prioritaire sur tous les autres usagers autorisé à accéder à cette zone, à l'exception des modes guidés de façon permanente de transports publics (tramway etc). Les vélos et les véhicules nécessaire à la desserte locale (livraisons etc) sont autorisés à condition de rouler faible vitesse.
Utilisation des modes alternatifs à la voiture particulière pour les déplacements, tels que le train, les transports en commun, les deux-roues motorisés ou non-motorisés, la marche etc… . Ce terme désignant plusieurs modes, certains chercheurs l’utilisent alors au pluriel.
Promulgué le 30 décembre 1996 et désigné sous l’article L. 228-2 du code de l’environnement, cet article dispose qu’ « à l’occasion des réalisations ou des rénovations des voies urbaines, à l’exception des autoroutes, voies rapides, doivent être mise au point d’itinéraires cyclables pourvus d’aménagements sous forme de pistes, marquages au sol ou couloirs indépendants, en fonction des besoins et contraintes de la circulation. L’aménagement de ces itinéraires cyclables doit tenir compte des orientations du plan de déplacements urbains, lorsqu’il existe.»
Utilisation de la voiture particulière pour les déplacements.
Aussi appelé voiture en libre-service, système de mise à la disposition d'un ou plusieurs véhicules pour un groupe de personnes.
Utilisation de la voiture en étant seul, sans passager.
Voie exclusivement réservée aux cycles non-motorisés à deux ou trois roues. Par la présence du cycliste sur la chaussée même, elle favorise la co-visibilité entre les cycles et les véhicules motorisés.
En veillant à bien laisser la priorité aux piétons et aux usagers circulant sur le carrefour, il autorisé le franchissement des vélos lorsque le feu est rouge. Les directions autorisés sont indiquées sur le panneau. Ce dispositif évite des arrêts pénalisants pour le cyclistes, tout en assurant sa sécurité et celle des autres usagers.
Diminutif de "Chaussée-circulation-douces", ce concept utilisé en Suisse depuis 1997 a pour objectif de rendre les chaussées étroites plus praticables par les cyclistes tout en autorisant la circulation automobile dans les deux sens. En terme d'organisation, la route comporte deux bandes cyclables suggérées et une voie centrale banalisée sans séparateur pour faciliter le dépassement des cyclistes en sécurité.
Espace, itinéraire favorisant les modes actifs et leur mixité.
Évalue les possibilités de mise en relation entre les différents nœuds d'un réseau. Un indice de connectivité élevé indique un nombre important de chemins entre deux nœuds.
Désigne l'existence de relations entre les nœuds d'un réseau. Un réseau est dit connexe s'il pemet de relier l'ensemble des noeuds à partir de l'un d'entre eux.
Lors du sommet de la Terre de Rio de Janeiro en 1992, l'ONU s'est doté d'un cadre d'action de lutte contre le réchauffement climatique. Depuis 1995, une convention annuelle réunit presque tous les pays du monde qui sont qualifiés de "Parties", d'où le nom de "Conference of the Parties" (COP). En 2015, celle-ci s'est déroulée à Paris.
Utilisation d'une même voiture particulière par plusieurs personnes effectuant le même trajet, afin d'alléger le trafic routier et de partager les frais de transport (Larousse).
Apparu à la fin du XXe siècle, ce concept repose sur trois principes économiques, écologiques et sociaux dont l’enjeu est de les promouvoir simultanément, que ce soit sur le court et le long terme.
Autorise les cyclistes à rouler dans les deux sens dans une rue à sens unique. Il doit être systématiquement aménagés dans les zones de rencontre et les zones 30, sauf en cas de nécessité motivé par le maire. Toutefois, dans de nombreux villes françaises, l'exception devient la règle. Également appelé à tort "contre-sens cyclable".
Mise en place et utilisation de modes de déplacements limitant les pollutions et les émissions de gaz à effet de serre. Par exemple, la marche, le vélo, les transports collectifs, le covoiturage, l'autopartage etc.
Contraction de "laboratoire de fabrication", c'est un lieu de partage libre d'espaces, de machines, de compétences et de savoirs.
Acronyme de Gaz à effet de serre
Pour encourager l'utilisation du vélo, l'employeur peut dédommager les salariés se rendant au travail à vélo. En France, elle est fixée à 25 centimes par kilomètre, est facultative et peut être cumulée avec le remboursement de l'abonnement transport sous certaines conditions. Elle est exonérée de cotisation sociale pour l'employeur et d'impôt sur le revenu pour le cycliste, plafonnée à 200€/an dans les deux cas (ce qui représente environ 4 km aller-retour pendant 10 mois pour un temps plein), au-delà l'indemnité étant chargée.
Utilisation de plusieurs modes de déplacements au cours d’un même trajet. Désigne aussi un principe d’organisation pour obtenir une meilleure complémentarité entre ces modes.
Du grec "qui a la même durée". En cartographie, permet de représenter des phénomènes par rapport en temps (ex : temps de trajet entre les villes).
Acronyme de "Mobility as a Service" (en français, "Mobilité comme un service") pour décrire un concept d'une mobilité multimodale et connectée. Le modèle repose sur l'intégration des services publics et privés (offres, paiements, informations) dans un unique service. L'ambition est alors de faciliter pour l'usager la recherche du meilleur itinéraire en fonction de plusieurs critères (prix, rapidité, confort etc).
Principes du développement durable appliqués à la mobilité. Cette dernière représente la faculté d'être mis en mouvement. La notion de mobilité a une acceptation plus étendue que celle du transport car elle ne réfère pas exclusivement au seul déplacement et aux moyens mis en œuvre. En effet, elle englobe la possibilité (et l'impossibilité) de se déplacer, ainsi que les cadres spatiaux, économiques et sociaux du déplacement. La notion de mobilité durable a donc une portée plus grande que celle de transport durable.
La mobilité est un facteur clé d’insertion sociale et de développement économique. En France, 20% des personnes en âge de travailler rencontrent des difficultés de mobilité. La mobilité inclusive s'intéresse aux publics fragiles rencontrant des problèmes pour se déplacer et recherche des solutions adaptées pour lever ces obstacles.
Ensemble des modes de déplacement nécessitant exclusivement l’énergie humaine pour se déplacer. Les modes actifs englobent la marche à pied, le vélo, la trottinette, le roller, la planche à roulettes etc… . Anciennement appelés « modes doux » (qu’on retrouve dans « cheminements doux »), l’actuel terme lui est préféré car il met en évidence la nécessaire énergie humaine pour se déplacer.
Le Plan d'Action pour les Mobilités Actives (notamment vélo et marche) est un ensemble de mesures afin d'encourager ces modes dans les déplacements du quotidien. Les mesures du 1er PAMA concernant surtout un meilleur partage de l'espace public et l'introduction de l'indemnité kilométrique vélo. En 2016, le PAMA 2 a été évoqué.
Mis en évidence en 1968, ce paradoxe veut que l'ajout d'une nouvelle capacité à un réseau lorsque les entités se déplaçant choisissent leur route individuellement peut, dans certains cas, réduire la performance globale. Ainsi, l'extension ou la réduction du réseau routier peut alors entrainer l'effet inverse de celui attendu : une augmentation ou une diminution des temps de trajet.
Le Plan de Déplacements Urbains est un outil cadre pour favoriser le développement harmonieux et maîtrisé du territoire et l’émergence d’une culture commune sur les déplacements urbains et intercommunaux. Il a été formalisé pour la première fois avec la LOTI en 1982, rendu obligatoire pour les agglomérations de plus de 100 000 habitants avec la LAURE en 1996, et renforcé avec la SRU en 2000. Ce document de planification peut également être intégré dans le volet Déplacements d’un PLUi.
Espace exclusivement réservé aux cyclistes et séparé de la chaussée principale. La piste cyclable peut être unidirectionnelle ou bidirectionnelle.
Ensemble de mesures destinées à optimiser les déplacements liés à nos diverses activités en stimulant de nouvelles pratiques modales. Ces mesures peuvent être concrétisées à travers un PDE (pour les entreprises), un PDES (pour les établissements scolaires), un PDA (pour les administration, hôpitaux, services publics) ou un PDC (pour les campus universitaires).
Le Plan Local d'Urbanisme est un document de planification au niveau communal ou intercommunal. Il remplace le Plan d'Occupation des Sols (POS) depuis la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains du 13 décembre 2000, site loi SRU. Le PLU est régi par les dispositions du code de l'urbanisme.
Utilisation alternée de plusieurs modes en fonction de la destination ou du motif du trajet.
Acronyme de Personne à Mobilité Réduite
Aussi appelé sas cyclable, c'est un espace réservé aux cyclistes entre la ligne d'arrêt des véhicules et un passage piéton à un carrefour avec feux tricolores. Il permet aux cyclistes d'être mieux vus par les autres usagers de la route, notamment par les cars et les poids-lourds (à cause des nombreux angles morts), de démarrer en toute sécurisé et facilite le changement de direction pour les vélos.
Le Schéma de Cohérence Territoriale est l'outil de conception et de mise en œuvre d'une planification stratégique intercommunale, à l'échelle d'un large bassin de vie ou d'une aire urbaine. Il définit le cadre de référence pour les différentes politiques sectorielles, comme l'urbanisme, l'habitat, la mobilité, l'aménagement commercial, l'environnement etc, et en assure la cohérence sur son territoire.
En français, Ville intelligente. Concept d'une ville utilisant les technologies de l'information et de la communication pour améliorer la qualité des services urbains ou pour en réduire les coûts.
Le Syndicat Mixte des Transports en Commun est l'autorité organisatrice de transports d'un territoire. Il organise et gère le service de transports collectifs.
Action de changer durablement les habitudes de déplacements.
Action de déplacer et moyen de ce déplacement.
Espace accolé à la chaussée où les piétons et les cyclistes cohabitent ensemble sans séparation. En France, cet aménagement n’a aucune existence règlementaire car les trottoirs sont réservés aux piétons et aux cyclistes de huit ans ou moins.
Axe en site propre ouvert à tous les usagers non motorisés, et les cavaliers s’ils y sont autorisés. Ainsi, la voie verte favorise les déplacements actifs (marche, vélo, rollers, trottinette, planche à roulettes…).
Section ou ensemble de sections de voies où la vitesse des véhicules est limitée à 30 km/h. De par leur aménagement, les zones 30 visent à un équilibre entre la vie locale et la circulation. L’absence d’aménagement cyclable oblige les cyclistes à circuler sur la chaussée, et ont alors un effet régulateur sur la vitesse des véhicules motorisés.
Regroupe les outils réglementaires encourageant un meilleur partage de la voirie par la diminution de la vitesse autorisée : zone 30, zone de rencontre et aire piétonne.
Section ou ensemble de section de voies où la vitesse des véhicules est limitée à 20 km/h. La zone de rencontre renforce la vie locale au détriment de la circulation et les véhicules sont tenus de rouler au pas si nécessaire. De plus, les trottoirs sont au niveau de la chaussée pour inciter les piétons à occuper l’ensemble de l’espace de la rue.