Pour l’environnement et le climat, agir en pédalant sans (trop) se mouiller


Novembre 2019
Alexandre Trajan
159 vues

« Alors que la société prend de plus en plus conscience que l’usage de la bicyclette est un excellent moyen de diminuer la pollution de l’air et les émissions de CO2, elle reste peu utilisée pour les trajets domicile-travail. Parmi les raisons invoquées pour rester dans sa voiture, la pluie vient souvent en premier.

Pourtant, les cyclistes quotidiens affirment qu’il n’est pas si fréquent de se faire mouiller lors d’un déplacement à vélo. Ces deux avis restent subjectifs, car aucune étude statistique n’a quantifié la proportion de trajets pendant un épisode pluvieux. Grâce aux données « à 6 minutes » du réseau de mesure Radome que Météo-France conserve depuis 2005, il est possible de simuler des trajets matin et soir, et de compter le nombre de fois où un cycliste se fait mouiller en allant ou en rentrant de son travail.

Ces statistiques sur 16 villes en France montrent que cela n’est pas aussi fréquent qu’on pourrait le penser. »

Lecture complémentaire

Vélotaf : la pluie n’est pas si fréquente qu’on pourrait le croire (Citycle)


Ressources similaires