Les impacts économiques d'un aménagement cyclable. Élaboration d'une méthode d'évaluation


Octobre 2019
DREAL
72 vues

Pour développer un moyen de déplacement, il n'y a pas de secret : infrastructures et services qualitatifs et avantages perceptibles pour l'usager. Sur l'aspect santé et réduction de pollution environnementale, le vélo fait consensus (certains se risquent encore à des analyses farfelues1). Concernant ses atouts socio-économiques, les débats sont plus passionnés car ils interrogent sur nos modes de vie et la façon dont le territoire est aménagé. Lors des élections municipales de 2020, de nombreux candidats ont formulé des propositions sur la mobilité, avec une place accrue pour le vélo2.

La Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL) du Pays de la Loire a souhaité évaluer le gain socio-économique d'un projet d'aménagement par rapport à une situation au fil de l'eau dans laquelle le projet n'est pas réalisé.

Cet outil est à destination des collectivités pour leur permettre une auto-évaluation normée et donc comparable des impacts d'un aménagement sur l'évolution de la pratique cyclable et sur les retombées socio-économiques locales. L'objectif étant, à l'occasion de la création d'un axe cyclable nécessitant des arbitrages politiques ou financiers forts, de pouvoir proposer une démarche d'évaluation permettant a posteriori de légitimer ou d'ajuster le projet.

Ratios économiques

  • Création d'un aménagement sur 100 mètres linéaires3 :
    • bande cyclable : 700€
    • piste cyclable unidirectionnelle : 5 000€
    • piste cyclable bidirectionnelle : 30 000€
    • double sens cyclable : 1 000€
  • Installation d'un compteur cyclable permanent : 10 000 à 15 000€ + 500€ / an de fonctionnement
  • Installation d'un compteur cyclable temporaire : 1 000€ à 3 500€

Ratios environnementaux

  • voiture particulière, puissance fiscale et motorisation moyennes : 0,253 kgCO2e / km
    • autobus - agglomération inférieure à 150 000 hab. : 0,182 kgCO2e / passager * km
  • autobus - agglomération de 150 000 hab. et 250 000 hab. : 0.167 kgCO2e / passager * km
  • autobus - agglomération supérieure à 250 000 hab. : 0,147 kgCO2e / passager * km

Notes

1 : On se souviendra de cette publication de Jean-Luc Moreau dans Auto Moto en 2015 : https://www.auto-moto.com/actualite/environnement/lautomobile-plus-ecolo-que-le-velo-31204.html

2 : Plusieurs candidats martèlent qu'il ne faut pas opposer automobilistes et cyclistes. Malheureusement pour eux, des choix doivent souvent être faits (par exemple, l'espace public ou le budget limité).

3 : Les valeurs incluent le nettoyage de la chaussée, les travaux d'entretien ponctuel (reprise des peintures, réparation de la couche de roulement) et une provision pour un renouvellement de la couche de roulement au bout de 30 ans.


Ressources similaires