Réconcilier lutte contre la pollution de l'air à Paris et mobilité des professionnels


Décembre 2016
6 T, Renault et ADEME
540 vues

Résumé

"Afin de lutter contre la pollution de l'air, la ville de Paris met en place une zone à circulation restreinte (ZCR) progressivement depuis 2015. Les véhicules les plus polluants n'ont pas le droit de circuler à certains horaires, et selon leurs catégories du lundi au vendredi ou toute la semaine. Le projet SIMOPRO a débuté fin 2015 alors que la ZCR concernait les poids lourds seuls, et à partir de 2016 les véhicules légers (voitures et camionnettes) et les deux roues motorisées (2RM) seraient inclus dans le dispositif. Dès lors s'est posée la question de l'impact de cette mesure sur les professionnels tant en termes de stratégie d'adaptation qu'en termes de bénéfices pour la qualité de l'air. Ce rapport présente, d'une part, les résultats d'enquêtes menés auprès de professionnels mobiles franciliens et d'autre part, l'évolution des émissions de pollluants dans l'air (particules, oxydes d'azote) et de dioxyde de carbone (GES) issus de leur parc automobile. Cette étude porte aussi sur une solution innovante d'autopartage de voitures électriques qui pourrait être mise en place comme mesure d'accompagnement à la ZCR."

Conclusion rapide

Les professionnels utilisent majoritairement des véhicules diesels, qui sont directement concernés par la ZCR. Ce dispositif tend à devenir de plus en plus restrictif à l'égard du diesel d'ici 2020. Rappelons aussi que Nicolas Hulot, ministre de la transition énergétique souhaite la fin de la vente des voitures thermiques à l'horizon 2040. La problématique est donc réelle pour toute une partie des professionnels, aussi bien artisans, commerçants et membres d'entreprises.

Les mesures jugées les plus pertinentes sont les dérogations et les aides financières à l'achat de nouveaux véhicules plus propres, et les reprises des anciens véhicules. Notons aussi que certains professionnels ne se sentent pas concernés par cette mesure et ne compte pas changer les habitudes.

En l'état actuel, le rapport cite des pistes pour répondre aux attentes, comme l'autopartage et le véhicule possédé en copropriété ou en communauté etc. Il préconise d'accompagner les expérimentations comme le service d'autopartage "Vule partagés" du quartier de Montorgueil. Ces initiatives permettront alors d'obtenir une plus grande diversité de solutions et déterminer les modèles reproductibles.

Sommaire

  1. État de l'art
  2. Enquête qualitative
  3. Focus group
  4. Enquête quantitative
  5. Validation des clusters d'usage et scénarisation


Ressources similaires