Ne voiture rien venir ?


Novembre 2016
Data Gueule
164 vues


La première voiture autorisée à circuler est l'Obéissante, en 1875. L'obtention de cette autorisation aura d'ailleurs nécessité de nombreuses démarches administratives. En 140 ans, la voiture est passée d'un usage anecdotique et de niche à un produit de consommation de masse. Et c'est surtout durant les années d'après-guerre qu'elle atteindra son apogée. Ainsi, entre 1950 et 1980, le parc automobile français passe de 2 300 000 à 21 000 000 de voiture, soit une multiplication par 9 en 30 ans.

Malgré le fait qu'une voiture puisse transporter en moyenne 5 personnes, 58% des trajets sont réalisés en tant que conducteur seul (en 2008). De plus, la part des ménages français disposant de 2 voitures est passée de 15% à 29% entre 1980 et 2014. Durant ce même intervalle de temps, celle disposant de 3 voitures est passée de 1,7% à 5%.

En outre, elle n'est utilisée que 5%, le reste du temps, elle dort sagement sur une place (délimitée ou sauvage). Ainsi, à Paris, le stationnement voiture consomme 8 km² à lui seul, soit l'équivalent de la superficie du 15e arrondissement.

En 2015, concernant les accidents de la route, la voiture est responsable de 3616 morts et des trois quarts des accidents corporels. Ainsi, le coût de l'insécurité routière représente 47 milliards d'€, soit 2,2% du PIB. Côté environnement, la voiture n'est pas exemplaire. Ses nombreuses nuisances sonores et aériennes sont régulièrement rabâchées dans la presse. Cependant, le sentiment d'être protégé de cette pollution dans l'habitacle de sa voiture est trompeuse. En effet, l'air est plus pollué à l'intérieur qu'à l'extérieur.

Pourtant, la voiture continue d'être ancrée dans l'esprit des gens comme un élément indispensable de la vie. Sa disparition, voire sa simple remise en question, est perçue comme un outrage à la liberté de circuler. Mais tout ceci n'est qu'une question de point de vue. Son coût élevé contraint les ménages dans les perspectives modales, la construction sociale autour de cet objet dicte les comportements, et la faible vitesse moyenne dans les villes, égale à celle du vélo, renforce l'illusion de rapidité.

Note : les auteurs donnent les sources dans la description de la vidéo.


Ressources similaires