Villes 30


-
Ville 30
442 vues

En France, les premières limitations de vitesse sont apparues à la fin du XIXe siècle. Par exemple, en 1983, la vitesse était limitée à 12 km/h à Paris et dans les zones habitées, et à 20 km/h en rase campagne. Avec l'amélioration constante de la motorisation, ces seuils ont sans cesse étaient relevés, jusque dans les années 70. Ainsi, en 1969, en agglomération, la limite est fixée à 60 km/h. Néanmoins, la mortalité sur les routes explose, jusqu'à atteindre 18 034 décès en 1972 1.

Face à ce constat alarmant, la vitesse excessive est pointée du doigt (entre autre, avec l'alcoolémie et le non-port de la ceinture). Depuis, ces maximales ont été stabilisées, voire même diminuées comme le 50 km/h en agglomération et la création de la Zone 30 en 1990. Cette dernière mesure est notamment justifiée dans les chances de survie du piéton en cas de collision. En effet, à 50 km/h, ces chances ne sont que de 15% alors qu'à 30 km/h, elles sont de 90% 2.

Depuis, l'idée d'une norme à 30 km/h en ville a fait son chemin et a ses fervents défenseurs (dont nous-même). Le site Ville 30 explique et promeut la ville apaisée, et recense les communes qui ont ou vont sauter le pas.

Sources

1 : 1972-2012 - Les Français et la Sécurité routière, 40 années de route commune (Sécurité Routière, 2012)

2 : Groupe de travail interdisciplinaire sur les accidents mécaniques (1986), Walz et alii (1983) et le ministère des Transports suédois (2002), via Guide de recommandations pour les aménagements cyclables et les voies partagées


Ressources similaires